Pajenn:Buhez Santez Nonn.djvu/92

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ar bajenn-mañ n'eo ket bet adlennet


itonery un envoyé du roi â Nonita. Mademoiselle, vous paraissez tourmentée; vous êtes troublée sans doute de vous trouver ici toute seuie. Je vous prie donc instamment, de la part du roi, qui est devant vous et qui passe par-lâ, de venir le trouver, et de répondre sans crainte â ses questions. Allez le saluer avec grâce; allez vite, ne tardez pas. Le voilâ justement qui arrive pour contempler votre beauté, vous offrir son amitié, et savoir de vous la vérité. le roi â Nonita. Fille fraiche, courtoise, douce et gentille, je vous présente un salut respectueux. Ma tête s’in-cline devant vous, quand je vousvois belle et sainte. Je veux vous demander d abord, sans pa-raitre trop timide, si vous vous portez bien, et queis sont vos parents. NONITA. Quoique je sois ici sur le chemin, mes parents $ont des gens honnêtes, gens fiers de la Breta-gne, gens nobles et de maison riche. Lais