Pajenn:Buhez Santez Nonn.djvu/29

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ar bajenn-mañ n'eo ket bet adlennet


mation, par suite de conquête (1), puisé en grande partie son dictionnaire dans lalangue des vainqueurs, et, nos recher-ches l’ont prouvé^ ses formes et partie de sa grammaire dans celle des vaincus P Eu voilâ suffisamment sur une matière qui doit être développée dans un autre ouvrage. La grécomanie des écrivains des Gau-les et de la Bretagne, â partir du vie siè-cle, est beaucoup trop connue (2) pour que j’eusse cru utile de la faire remarquer dans le Buhez, si le défaut d’attention â cette particularité n’avait entrainé le tra-ducteur dans une correction que je ne puis adopter. A la page 120, nous lisons qu’un des disciples de Paulin voulant le guérir de la cécité, dont il étail frappé par accident, fit le signe de la croix sur an beronic, ce mot emprunté de la basse grécité (voyez le Glossaire de Ducange), (1) C’e?t rhistoire de ia formation del’Anglais, après la con-quête des Normands , qui a fourni cclte règle. (2) Voyez Fintroduction placée par Ducauge en tête de son GLostaire de la basse latinité. Plusieurs siècles avant notrc ère, les. Crecs avaient fait des établissements dansles Gaules.