Pajenn:Buhez Santez Nonn.djvu/21

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ar bajenn-mañ n'eo ket bet adlennet


abord, de ne voir. dans ce fait que l’in-fluence de la littérature provengale; puis quand on vient â considérer que le Buhez a été, pour le fond, composé en Cam-brie (i), province qui presque toujours a été étrangère aux peuples méridionaux, tandis qu’elle est, pendant long-temps, restée sous la domination romaine, on est invinciblement amené â se demander si ce n’est point le Breton lui-même , qui d’après son génie a modifié les termes latins empruntés sans intermédiaire? Mais alors s’élève une grave difficulté; car lâ où le résultat est Ie même, les causes doivent avoir été identiques. Or, parlait-on la langue bretonne sur le lit-toral de la Méditerranée ? Doit-on lui attribuer les modifications qui, ont fait du latin la romane vulgaire? Je vais tâ-chcr de résoudre ces questions sans fran-chir les limites d’une préface; c’est dire (1) Voyez ci-après. La difficulté serait la mêtne, supposé que le poéme eüt été composé dans ie fond de la Basse-Bretagne, d*autres monuments anciens dc la Jittérature cambrienne offrant aussi un mélange dc mots latins aitérés.