Pajenn:Buhez Santez Nonn.djvu/148

Eus Wikimammenn
Aller à la navigation Aller à la recherche
Adlennet eo bet ar bajenn-mañ
93
vie de sainte nonne.

très mal ; je ne puis passer de l’autre côté.

le tyran.

En ce lieu, je vais me reposer, et certes je le garderai bien, pour qu’il ne passe ici personne. S’il passe ici une religieuse et qu’elle soit enceinte, je lui ferai noise, et je la vexerai fortement.

nonita.

Je vois là-bas des gens cruels, je ne peux pas aller vite. Il faut accoucher et rester ici pour défendre mon enfant. Ceux-là m’épouvantent, il faut m’arrêter ici. Mes douleurs commencent à devenir fréquentes, les tranchées froides me piquent. Je prie d’abord le roi des Saints de me soulager, je n’en peux plus. Aide-moi aussi, Vierge Marie, douce et aimable.

nonita.

Il commence à tonner ; j’entends la foudre et un vent furieux, il est temps de nous enfuir. Avec la grêle et la pluie froide, avec les tour-