Pajenn:Buhez Santez Nonn.djvu/114

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ar bajenn-mañ n'eo ket bet adlennet


caffou Laissez-moi maintenant ici ponr que je me re-pose, et que je m’assure si je suis étourdi. Plus tard j’essaierai de prêcher. Restezdehors jusqu’â ce que je voie ce qui m’arréte; car, en vérité, je ne sais ce qui me rend confus. LE KOI ET LES AUTRES. Allons tous ensemble dehors; que personne ne soit assez discourtois pour le laisser dans 1’embarras. Clercs et prêtres, allons-nous-en, afin que 1’esprit lui revienne et qu’il puisse com-prendre sa le^on. nonita qui est restée daus un coin. Je resterai ici, et je verrai ce qui sera fait, et si j’ai la raison pour moi, ou s’il est nécessaire que je m’en aille aussi. ' GILDAS. Je ne sais ce qui est arrivé en ce jour; je ne puis rien dire, je ne puis prêcher. II faut que quelqu’un se soit caché parmi nous. Je le con-jure â présent et sans tarder, puisqu’il ne peut plus le dissimuler, et qu’il est clair que ma peine vient d