Pajenn:Buhez Santez Nonn.djvu/106

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ar bajenn-mañ n'eo ket bet adlennet


maieste que soupirer; et je suis honteuse de le montrer. Ah! roi des trônes, tu sais la vérité, et si j’ai mé-rité un reproche. Je t’adresse humblement ma prière, pour que je sois pardonnée véritable-ment. Ceci doit être lu. Je n'avais pas la coutume d’approcher des hommes; je n’avais avec eux aucune afFaire en ce monde, et je n’en aurai plus désormais, je l’affimie sans crainte. Je prie 1’Esprit-Saint , j’espère qu’il me 1’accordera, de garder mon corps de toute faute; tel est tout mon es-poir. J’aurai soin de vivre dans l’âustérité. Je veux me vouer â une abstinence complète: du pain et de l’eau sera ma nourriture; je n’en chercherai jamais d’autre. . sainT gildas. C’est moi, Gildas, qui vais prêcher avecafïec-tion un sermon exactement tiré de l’Évangile; je l’expliquerai â tout le monde et â chacun en par-ticulier, si je le puis, d’après le Testament. Dans 1’église blanche, où est la fête et lé pardon, sui-vant l’usage , venCz assister avec recueille-ment aux vêpres et â la messe, vous instruire