Pajenn:Bourgault-Ducoudray - Trente mélodies populaires de Basse-Bretagne.djvu/44

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Adlennet eo bet ar bajenn-mañ
20



En dud yawang e jonch ket è,
E kwec’h en or a vég er gué
Adieu, kameradezék, adieu evit james !

E kwec’h en or a vég er gué,
E vè en dél melen ev̓é
Adieu, etc.

En dél melen e za d’en ias ;
Kalon mèrc’h yawang e hunad
Adieu, etc.

Me jonjè dein pe v̓ezèn dimet
V̓zè ke’re t’ein bou’ labouret
Adieu, etc.

Meid breman e ouyan rèc’h mat
I ma re’ t’ein-mé labourat
Adieu, etc.

I ma re’ t’ein-me labourat
A resow meurek a dol trat ;
Adieu, etc.

A resow meurek a dol trad
A red néo diü tèr guèlchad ;
Adieu, etc.

Ma red néo div̓ tèr guèlchad ;
Ha huichellad ge ’bék me zrat.
Adieu, etc.

I ma re’ t’ein gober doc’hpen ;
Monet ged er lianow d’er lénn
Adieu, etc.

Monet ged er lianow d’er lénn,
Ag o hannein ar o distén
Adieu, etc.


————


La première phrase de cette chanson est construite dans le premier mode du plain-chant avec si naturel (mode de l’ave maris stella).

La seconde phrase, servant de refrain, dans laquelle apparaît le si bémol, est dans le mode hypodorien.

Cette mélodie, qui est composée de deux phrases de six mesures, a un grand caractère, le refrain surtout présente dans sa concision, une intensité d’expression remarquable.

Chantée par Joseph Lebrun
Guéméné