Pajenn:Bourgault-Ducoudray - Trente mélodies populaires de Basse-Bretagne, 1931.djvu/50

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ar bajenn-mañ n'eo ket bet adlennet
44


GOURC’HEMENNOU DOUE
LES COMMANDEMENTS DE DIEU
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°27}
      \autoBeamOff
      \relative c' {
        \clef treble
        \key aes \major
        \time 2/4
        %\partial 8*1
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {Andante maestoso}
        \compressFullBarRests
         R2*1^\markup {\bold{1}} | r4 r8 ees8 | \stemDown aes bes c aes | c4 bes | \stemUp aes r8 ees | \break
		 \stemDown aes bes c aes | c4 bes | \stemUp aes4. r8 | \stemDown bes2 | c8 bes aes bes | \break
		 c4 \stemUp f, | ees r8 ees | \stemDown aes bes c aes | c4 bes | \stemUp aes2 ~ | aes8 r4 \bar "|."
      }
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan" 
    {
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      Eun Doue eb -- ken a a -- do -- ri
      Ha dreist peb -- tra oll a ga -- ri
      E vên en ha -- no na douï ket
      Nag i -- ve ne -- tra all e -- bet. __
    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #150
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 90 4)
    }
  }
}


I

Eun Doue ebken a adori
Ha dreist peb-tra oll a gari
E vên en hano na douï ket
Nag ive netra all ebet.

II

Ar zuliou santel a viri
E servich Doue, ouz e veuli
Da dad, da vam a henori
Evit pell amzer ma vevi. [1]



————



I

Un seul Dieu tu adoreras
Et aimeras parfaitement.
Dien en vain tu ne jureras,
Ni autre chose pareillement.

II

Les Dimanches tu garderas,
En servant Dieu dévotement.
Tes père et mère honoreras,
Afin de vivre longuement.

III

Homicide point ne seras,
De fait, ni volontairement.
Luxurieux point ne seras,
De corps ni de consentement.

IV

Le bien d’autrui tu ne prendras,
Ni retiendras a ton escient.
Faux témoignage ne diras,
Ni mentiras aucunement.

V

l’oeuvre de chair ne désireras,
Qu’en mariage seulement.
Biens d’autrui ne convoiteras,
Pour les avoir injustement.


————


Cette chanson religieuse nous offre un exemple de la première destination de la poésie chantée chez les peuples primitifs. C’est pour mieux graver dans la mémoire des Bretons les commandements de Dieu que les missionnaires eurent l’idée d’y adapter une mélodie. Celle-ci par la simplicité et la netteté de son contour, convenait admirablement à cette destination. Tout le monde la chante en Bretagne.

Au point de vue de la construction rythmique, elle se compose d’une phrase de trois mesures qui se

répète deux fois, d’une phrase de quatre mesures et du retour de la phrase initiale de trois mesures.

  1. Nous croyons inutile de donner la suite des paroles bretonnes, qui sont tirées du recueil vannetais : GUERZENNEU EID OL ER BLAI, Vannes, chez Galles.