Pajenn:Bourgault-Ducoudray - Trente mélodies populaires de Basse-Bretagne, 1931.djvu/41

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ar bajenn-mañ n'eo ket bet adlennet
35


I

« Je m’en vais faucher l’avoine,
Ma Louison, viendras-tu pas ?
Avec moi, viendras-tu pas ? »
« Je n’irai pas, mon amoureux,
Dijobidei tra la la la !
Car on ne m’a jamais appris
A faucher la prairie. »

II

« Je m’en vais couper le seigle,
Ma Louison, viendras-tu pas ?
Avec moi viendras-tu pas ? »
« Je n’irai pas mon amoureux
Dijobidei tra la la la !
Car sur le gazon j’ai glissé
A la moisson passée. »

III

« Je m’en vais gauler les pommes,
Ma Louison, viendras-tu pas ?
Avec moi viendras-tu pas ? »
« Je n’irai pas mon amoureux
Dijobidei tra la la la !
Car je n’ai pas mon tablier
Et ma poche est percée. »

IV

« Je m’en vais cueillir les poires,
Ma Louison, viendras-tu pas ?
Avec moi viendras-tu vas ? »
« Je nirai pas mon amoureux,
Dijobidei tra la la la !
Et te dirai toujours nenni,
Je n’en ai point envie.


————



Ce sône est dans le mode majeur. Son rythme est parfaitement carré sans la répétition du deuxième membre de deux mesures de la première phrase. C’est un spécimen des chansons de danse de la Cornouailles, chansons très vives et très alertes, dont le caractère est tout opposé à celui qu’on attribue d’ordinaire à la musique bretonne.