Pajenn:Bourgault-Ducoudray - Trente mélodies populaires de Basse-Bretagne, 1931.djvu/25

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ar bajenn-mañ n'eo ket bet adlennet
19


I

Combien ton blé, beau matelot ? (bis)
Il m’en faudrait quatre boisseaux,
Venturmadirette
Pour mes crêpes de lundi.
Venturmadiri

II

« Pour tous c’est trois livres dix sous ; (bis)
Mais ce sera bien moins pour vous
Venturmadirette
Car vos yeux sont bien jolis. »
Venturmadiri.

III

Quand dans la barque elle est entrée (bis)
Ils ont bien vite appareillé
Venturmadirette
Pour le large ils sont partis
Venturmadiri.

IV

Ma belle enfant, dites moi donc (bis)
Venez avec-nous au Gabon
Venturmadirette
Car le vent nous y conduit
Venturmadiri,

V

Nenni, je ne puis naviguer (bis)
Car j’entends mes enfants crier
Venturmadirette
Et mon dîner n’est pas cuit
Venturmadiri.

VI

« Ma belle, tu n’as pas guinze ans, (bis)
Tu nas pas encore eu d’enfants
Venturmadirette
Et je serai ton mari. »
Venturmadiri.


————


Cette chanson est construite, comme le n°5, dans le mode de (tonique) avec si naturel (transposé d’un demi-ton). Après le retour répété de la dominante qui apparaît comme finale dans les phrases du début, la terminaison sur la tonique est d’un effet piquant et imprévu.

Le mélange de la mesure à deux temps et à trois temps communique au rythme une allure très libre, sans nuire en rien à sa clarté et à son aplomb.