Noz ar Gidonne

Eus Wikimammenn
Aller à la navigation Aller à la recherche

Oberennoù damheñvel pe handelvoù all zo ivez, gwelout Noz ar Guidonne.

Rouart, Lerolle & Cie, 1913  (p. 200-201)



Noz ar Gidonne


1. Version de Haute-Cornouaille.
Ar skridoù-sonerezh zo diweredekaet evit poent.


Staget ho kaz hag ho ki,
’Tey Poazevara en ti ;
Egenanne ! Egenanne.


TRADUCTION. — Attachez votre chat et votre chien, — Pour que vienne Poezevara dans la maison ; — Eguinanné ! Eguinanné.

Chanté par Poazevara, Saint-Nicolas-du-Pelem.
Recueilli par M. Caurel, communiqué par M. F. Vallée.

N. B. — Ce premier couplet, où le chanteur se met en scène, a été composé par lui et ne se porte en rien aux strophes suivantes, qui suivent à peu près la version de Luzel.


2. Version de Basse-Cornouaille.
Ar skridoù-sonerezh zo diweredekaet evit poent.


An timan zo bras, uhel,
Hag a ve gwelet a-bell,
Igenane ! Igenane !


TRADUCTION. — Cette maison est grande, haute — Et on la voit de loin, — Iguénanné ! Iguénanné !

Chanté par P. L. Beaudoin, Plussulien.
Noté par le Colonel Bourgeois, communiqué par M. F. Vallée.


3. Version du Vannetais.
Ar skridoù-sonerezh zo diweredekaet evit poent.


E tamb de hout a hou toéré,
Hag eué ag hou pugalé,
Eginanéh, Eginaneh !


TRADUCTION. — Nous venons savoir de vos nouvelles, — Et aussi de celles de vos enfants. — Eguinané ! Eguinané !

N. B. — Aucune de ces trois mélodies ne peut s’adapter à la version des Soniou.