Markiz Traonlavane

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Oberennoù damheñvel pe handelvoù all zo ivez, gwelout Markis Traonlavane.

Rouart, Lerolle & Cie, 1913  (p. 61)



Markiz Traonlavane


1. Version du Trégor.
Les partitions musicales sont temporairement désactivées.


Me ’wel du-hont Traonlavane,
En e zao en pen e ale,
En e zao en pen e ale.


TRADUCTION. — Je vois là-bas Traonlavane — Debout à l’extrémité de son avenue (bis).

Eadem.


2. Autre Version du Trégor.
Les partitions musicales sont temporairement désactivées.


Traonlavane a lavare,
Eus prennestr e gambr, eun de a oe :
« Me ’wel arri Margodig Choz,
Seiz vla zo oan ouz he gortoz. »


TRADUCTION. — Traonlavané disait — De la fenêtre de sa chambre, un jour : — « Je vois venir Marguerite Josse, — Depuis sept ans j’étais à l’attendre. »

Chanté par Maryvonne Bouillonnec, Tréguier.