Al louarn tamallet gant ar bleiz dirak ar marmouz

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche




AL LOUARN TAMALLET GANT AR BLEIZ
DIRAK AR MARMOUZ


Eur bleiz a lavare voa bet laeret he dra.
Eul louarn, he amezek, ne voa louarn ’vit netra,
’Vit al laeronsi-ze, pe voa gaou pe n’oa [1] ket,
A-zirak ar marmouz gant-han a voe galvet.
          Goude m’oe dispaket ar stal
          Ha digoret mad ar gabal,
          Eno neuze ann diou gevren
Enn em beillaz peb eil ker koulz ha breutaerien.
Dioc’h klevet ar marmouz ne voe gwelet biskoaz
Eur guden ’vel hou-man, kuden fuillet ker gwaz.

Diwar dal ar barner ann dour a zivere,
O klask gouzout ann tu d’ann eil ha d’egile.
    P’ho devoe enn em gutuillet,
    Rebechet, iouet, rendaelet
    Ha beb eil en em damallet,
Ar marmouz, o welet penaos edo ’r c’hoari,
A lavaraz d’ezho, drouk enn-han a zevri :
— « Brema, va mignouned, me c’hoar mad ho toareou,
» Hag ho taou e paeoc’h ar gwir hag ar mizou.
» Rak te, bleiz, en em glemm hep na d-oud bet laeret,
» Hag ar pez a c’houlen, te louarn, peuz kemeret. »

Ar bamer lavare c’heller, a-dreuz, a-hed,
Bam daou zen zo fallahr, hep fazia tamm ebed.






  1. Le verbe avoir n’existe pas en breton ; il est rendu, en cette
    langue, par la seconde forme impersonnelle (me am beuz) de beza,
    verbe réduplicatif, à l’origine, dans beaucoup de ses temps et
    marquant à la fois action et état, prouvé, clairement par o veza,
    pour étant et ayant ; par bet, pour été et eu. — Pour cette raison, si
    j’écris n’oa pour ne voa, m’oe pour ma voe, ou d’autres formes
    altérées en usage, c’est uniquement par licence poétique.