Pajenn:Milin - Oeuvres posthumes - 2.djvu/28

Eus Wikimammenn
Mont da : merdeiñ, klask
Adlennet eo bet ar bajenn-mañ
— 178 —


ANN DEILLEN ZEAC’H


————


Distak dioc’h ar vezen
Deillennik keaz melen
Da beleac’h ez es-te ?
N’ouzoun. Eur barr arne
En deuz fraillet, torret,
Brevet ha diskaret
Enn eun taol ann derven
A ioa oc’h va dougen
Abaoue ann deiz-ze
Ez oun du-ma du-ze
Euz ar grec’hen d’ar c’hoad.
Ann ezen, ar gaouad,
Va c’has ha va distro
Gant he alan edro ;
Morse ne ehanann ;
Gant an avel ez ann,
Hep herzel, nag harpa,
El leac’h ma ’z a pep tra
El leac’h ma ’z a ’r gened
Ar iaouankiz, ar sked
Ann den braz, pinvidik,
Ar paour keaz reuzeudik
Ar roue hag ar merer
Tud ha traou en eur ger.


Gabriel MILIN.


LA FEUILLE SÈCHE


————


Détachée de l’arbre
Pauvre petite feuille jaune
Où vas-tu ?
Je ne sais. Une tempête
A fendu, brisé,
Rompu et abattu
Tout d’un coup le chêne
Qui me portait.
Depuis ce jour
Je suis par ci par là
De la colline au bois.
Le zéphir, la tourmente
M’emporte ou me ramène
Avec son haleine inconstante ;
Jamais je n’ai de repos ;
Je vais avec le vent,
Sans résister,sans appui,
Là où va toute chose,
Là où va la beauté,
La jeunesse, l’éclat,
Le grand, le riche,
Le pauvre, le malheureux,
Le roi et le fermier,
Tout le monde et toute chose en un mot !


Alfred BOURGEOIS.